dbourrion's blog

Dans une ville-monde, marcher

Marcher #1

Se dire que cette ville n'est nulle part et partout en même temps, qu'elle est sans doute comme celles qu'on imagine les mêmes, Tokyo, Mexico, Séoul, autre chose qu'une ville, une ville-monde qui donne à voir ce qu'est la grossissante part de notre humanité urbaine, celle errante arrivant là pour se poser et ne cessant finalement pas de marcher pour chercher des réponses dont on sait bien qu'elles ne se trouvent pas sous les sabots d'un cheval — on le sait, on a vérifié.

Marcher (Eldorado)

indice #1

On marchait toute la journée cherchant de la ville son or caché, ses secrets dont on sentait tant qu'ils nous échappaient. Il y avait bien des traces par moments, des indices, mais rien qui puisse ressembler vraiment aux monceaux dont parlait la rumeur dont on récoltait des bribes au hasard des conversations cessant dès que l'on approchait.

Mitigeurs

Mitigeur de douche #1

Constat de l'étonnante diversité des mitigeurs de douche rencontrés au long de la route, non pas au niveau de leur forme (quoi que), mais bien, relativement aux opérations nécessaires à leur utilisation et au réglage de la température de l'eau : pour celui-là, tourner puis pousser, pour cet autre, pousser en tournant, et là, il fallait faire un mouvement rotatif semi-sphérique, quand il ne fallait pas faire tout cela en même temps.

Interstices

Entre les immeubles

Le mystère des interstices, ces espaces entre les buildings. On pense aux rues qu'on connaît d'habitude où les immeubles se touchent et construisent une ligne jointive, on trouve ici des bâtisses séparées souvent mais pas toujours par des sortes de zones louches d'apparente indétermination dont la fonction paraît toujours un peu mystérieuse.

Psychic reader

Psychic reader

On croisait donc à tous les coins de rues ces enseignes Psychic reader promettant monts et merveilles et bien plus et ce n'est pas ce qui interrogeait mais plutôt, sur le ton de la plaisanterie, l'idée que peut-être, en vrai, officiaient là quelques personnes disposant d'outils et de techniques permettant littéralement de lire dans les esprits — on imaginait une sorte de scanner cérébral à même de décrypter nos pensées les plus secrètes, celles qu'il valait mieux garder enfouies au fond de soi. On en riait.

Pages