Des racines qui soulèvent les briques

J’ai vu à Philly en me perdant dans les rues : des racines qui soulevaient les briques du trottoir, un enfant déguisé en tigre, le sosie de Benjamin Franklin en jean, un couple gay se tenant la main, une jolie black qui parlait trop fort au téléphone, une joggeuse blonde à écouteur-casquette-queue de cheval, un blanchisseur asiatique qui faisait une livraison, un vieux black qui aimait mon T-shirt de Thelonious Monk, des statues de Rodin, un papa et son bébé à vélo, des promeneurs de chiens professionnels et tout cela en écoutant E.S.T (Esbjörn Svensson Trio).

Comments

Ici aussi, tu peux te perdre dans les rues de Metz (oui, le soir tard), voir des racines chahuter les trottoirs en pavés (ici, certes point de briques), un enfant déguisé en Tigrou (merci Disney!), le sosie de Mickaël Jackson en noir, en gris, en blanc, des couples gay se donner la main (et même se marier), au Gd Frais de Borny aussi, il y a des blacks (et même jolies) qui hurlent dans leur portable (tout ça en achetant des bananes plantain ou du manioc), des joggeuses blondes qui courent au plan d'eau... alors c'est quoi finalement la différence? les promeneurs de chiens?

Oui, sans doute un peu. C'est pour cela que Philadelphie m'a plue.... elle semble rompre avec les petites villes américaines "abandonnées" où on avait le sentiment que les esprits étaient très étriqués.